sylvaine

Sylvaine pianiste-interprète

Sylvaine Wiart, après obtention de tous les premiers prix au Conservatoire de Versailles travaille le piano avec Yvonne Lefébure au Conservatoire Européen de Paris, jusqu’au diplôme supérieur reçu à l’unanimité. Puis elle rencontre la pianiste pédagogue Monique Deschaussées, qui devient son maître et lui enseigne le lien fondamental entre la musique, la vie et la transcendance.

Passionnée très tôt par la musique de chambre, elle obtient le diplôme de concertiste de l’Ecole Normale Supérieure de Paris dans cette discipline ; elle est ensuite lauréate de la Fondation Cziffra, de la Fondation Menuhin, de la Fondation de France ainsi que de plusieurs concours internationaux.

Dans cette dynamique, elle mène une activité de concertiste et donne, avec le flûtiste Dominique Etiévant et le violoncelliste Igor Kiritchenko, de nombreux récitals tant en France qu’à l’étranger (Italie, Angleterre, Suisse, Pologne, Russie, Moyen-Orient, Inde, Pakistan, Etats-Unis, Colombie). Aujourd’hui, elle développe une coopération active avec le violoniste tchèque Jaroslav Sonsky, avec qui elle se produit régulièrement dans différentes villes d’Europe dont Prague (Smetana Hall de Prague avec l’orchestre philarmonique B. Martinu).

Sylvaine Wiart se consacre également à l’accompagnement de groupes vocaux et de chanteurs : sonates romantiques pour piano et flûte (Reinecke, Franck, Pierné) chez Vérany-Arion (www.jaroslavsonsky.com/Jaroslav_Sonsky/Main_(fr).html)

Sylvaine compositrice

Au fil de ses tournées internationales et de ses rencontres, elle approfondit le lien qui unit la musique et la vie, et oriente son travail dans cette conscience du pouvoir guérisseur des sons.

Dès son enfance, fascinée par la musique de film , elle improvise au piano.

En 2003, son premier album « Terra Luna »réunit des instruments acoustiques  (piano, voix, violoncelle, flûtes, hautbois, guitare)mêlés à l’univers magique des synthétiseurs. Ces compositions sont le fruit de voyages intérieurs et extérieurs, les musiques de ses films imaginaires.

Grâce à sa propre expérience de maman, l’acte primordial de la naissance la touche et l’inspire profondément. C’est ainsi qu’en 2005 elle sort pour Nature et Découvertes son album «  Cocon d’amour » qui témoigne déjà de toute la sensibilité qu’elle apporte à cet événement. Sa créativité toute féminine, infiniment délicate s’exprime dans la puissance de sa musique.

Quelques années plus tard Annie Prieux, qui utilise sa musique comme support de ses relaxations en préparation à l’accouchement et en constate l’effet bénéfique sur ses patientes, la contacte et leur aventure commune commence avec la création de leur CD « Le Premier Souffle ».

Sylvaine et le spectacle vivant

  • Musique et poésie :

Depuis 20 ans elle travaille en collaboration avec la compagnie du « théâtre des deux sources. »

Avec les comédiens Paul Lera, Paule d’Héria et Isabelle Irène, elle a participé à la création de nombreux spectacles :

Pour adultes et lycéens :

* Bohême autour de Poulenc
* Ondine
* Rimbaud ou le voleur de feu
* Georges Sand ou les Champs d’Aurore
* On pourrait boire aux fontaines

Pour enfants :

* Contes en musique : Marouchka et les 12 mois
* Finist le beau Sokol
* Pioche à poèmes et musiques
www.theatredesdeuxsources.fr

  • Théatre :

En 2013,Sylvaine Wiart a composé la musique pour la pièce de théâtre écrite et jouée par Laurent Brunaud : « On se connaît ? »

http://onseconnait.wix.com/on-se-connait

  • Spectacle Sons et Lumières

1999:Musicales internationales Guil Durance « entre ciel et eau »

« Improvisation sur le lac…Telle une magicienne flottant sur l’eau calme, dirigeant les rênes d’une féérie musico-visuelle, Sylvaine Wiart a exercé son art, entourée d’une foule massive, admirant le spectacle dans un calme presque religieux. La prestation a été remarquable de sensibilité et a fait l’unanimité au sein du public attentif et hétéroclite… » (Le Dauphiné Libéré)


Le Premier Souffle :

Interview avec Mélanie Schmidt Ulmann

En quoi votre musique est aussi importante que la voix d’Annie ?

J’ai composé ce CD dans la conscience que la musique est un raccourci pour toucher une personne profondément. Elle se fraie un passage au-delà des mots, et permet au corps et au mental de lâcher plus vite leurs résistances, leurs tensions. Unie comme c’est le cas dans ce CD à une parole qui vise à aider à la détente, elle la renforce tout simplement, elle induit le geste, le facilite, permet à la respiration de trouver son rythme adéquat tout naturellement.

Parlez-nous de votre choix des mélodies adaptées à la respiration de la femme qui se prépare à l’accouchement ?

En effet, j’ai composé toutes les mélodies dans un tempo et un balancement de la mesure, dans l’intention précise d’amener la femme enceinte à abaisser sa respiration, l’approfondir et la rendre longue et régénérante. De même, le choix des instruments, en priorité accoustiques , a été recherché de manière à bercer le bébé et favoriser le contact avec la mère et le père. Le son grave et chaud du violoncelle (joué par un grand violoncelliste) est très rééquilibrant.
De mon côté, j’ai joué aussi le piano et les synthétiseurs d’une traite, de manière à ce que la respiration musicale, le souffle, soient toujours présents.

Vous décrivez votre musique comme n’étant pas neutre émotionnellement ?

Un autre aspect important auquel je tiens et qui me démarque d’un bon nombre de musiques de relaxation je crois, est que je n’ai pas recherché la neutralité émotionnelle dans ma musique. Elle favorise au contraire la remontée des émotions, mais en douceur, elle aide la personne à ressentir ce qui est en elle, et l’accompagne avec beaucoup de douceur pour s’en libérer ou s’en nourrir, pour atteindre un niveau de paix, d’unification et de bien-être nouveau.

La voix et la mélodie ne font qu’une ?

La particularité et la force de cette relaxation vient de l’union étroite des mots et des sons, à la fois sur un plan technique et sur un plan plus émotionnel. Annie, par exemple, parle de la respiration basse, et le violoncelle enchaîne son chant dans la pulsation adéquate pour favoriser la juste expérimentation de la femme. Elle parle de la communication avec le bébé, et là la musique donne l’élan pour s’ouvrir encore plus; tout le disque est construit dans cette alchimie complice.

Extraits de presse

  • « Un parfum de révélation… » (Le Monde)
  • « La pianiste nous est apparue sensationnelle par sa technique et sa musicalité. Ce fut un véritable privilège de l’entendre… » (El Pais)

Témoignage:

« Musique profonde et ressourçante vers laquelle on peut revenir sans cesse chaque jour sans lassitude aucune parce qu’elle touche quelque chose de mouvant, de vivant, quelque chose qui nous permet de nous connecter à notre intimité, notre élan de vie. Cette musique nous porte, nous emporte non pas seulement vers des rives lointaines et désancrées (même si la part de rêve et d’ailleurs est bien là dans l’invitation au voyage que l’on vit en l’écoutant) mais aussi vers notre présence. Ecouter cette musique c’est aussi nous écouter, reconnaître notre musique intérieure et vibrer à l’unisson de ce qui palpite en nous, de notre souffle, de notre coeur. En ce sens elle apporte un profond apaisement, harmonise notre énergie quand celle ci est décentrée par les aléas du quotidien, procure une sorte de massage intérieur et nous remet dans l’axe. La future maman et son enfant peuvent ainsi connaître un moment de profonde détente, d’écoute réciproque puisque la musique porte en elle cet élan de vie primordial, le mouvement continu, doux, puissant comme celui du fleuve que l’on aime à contempler.

Musique toute en douceur et aux mélodies subtiles et raffinées, elle n’en n’est pas moins puissante, émouvante, nous amène à voir loin devant, loin au dedans, là haut et ici bas. Elle nous accompagne en toute énergie de passage, au jour qui se lève comme la vie qui prend forme, au jour déclinant et nous amenant à d’autres lendemains, la vie dans toutes ses dimensions de réalité et de mystère. Une musique qui va à l’essentiel parce qu’elle nous touche, nous émeut, nous ramène à l’amour de la vie. »(Laurent)